nom_site_spip
Accueil > Actualités > Veille au grain-Bourgogne

Veille au grain-Bourgogne

Fédérer et informer pour préserver l’environnement

samedi 5 mars 2011

Nos assiettes sont-elles toxiques ? Quels enjeux et quels risques les OGM présentent-ils ? Pourquoi et comment se passer des pesticides ? L’association Veille au Grain-Bourgogne s’est donné pour mission d’informer sur ces thèmes essentiels à la préservation de notre environnement. André Lefebvre, l’un des fondateurs de Veille au Grain-Bourgogne et membre du Conseil régional, nous présente les combats de l’association et les solutions préconisées, comme le développement de l’agriculture biologique.

L’association Veille au grain-Bourgogne œuvre pour une meilleure information sur l’agriculture et l’alimentation dans cette région, en particulier à propos des OGM et des pesticides. Elle défend le droit de produire et consommer sans OGM ni pesticides. Elle agit en Bourgogne en organisant des conférences-débats, des formations, diffuse des plaquettes et des lettres d’informations.

Fondée en 2008, Veille au grain-Bourgogne est constituée d’une fédération de 40 organisations actives dans l’environnement, l’agriculture, la santé, la citoyenneté ou la solidarité.

Informer sur les dangers des pesticides et des OGM

André Lefebvre, jeune retraité, auparavant Directeur du Service d’Eco-Développement Agricole et Rural de Bourgogne et actuellement membre du Conseil régional, nous raconte les débuts et les combats de Veille au Grain-Bourgogne : « François Veillerette, vice-président de la commission Santé Environnement Alimentation au Conseil Régional de Picardie, a fondé il y a quinze ans Générations Futures. Cette association lutte activement contre la pollution par les pesticides pour préserver l’environnement des générations futures. Actif depuis 1975 par la recherche d’alternatives aux pesticides, j’ai donc rejoint Générations Futures que je représente au Collectif 89 « Action citoyenne OGM et Pesticides » dans l’Yonne et en Bourgogne.

A l’instar de la Région Rhône-Alpes, nous avons pu constater que les agriculteurs bourguignons recevaient beaucoup d’informations des semenciers sur les prétendus bienfaits des OGM. Par contre, ils étaient très peu instruits par d’autres sources sur les dangers des OGM, tels que la dépendance aux semenciers ou la diffusion de cette technologie dans tout l’environnement. C’est pourquoi plusieurs organisations de Bourgogne se sont rassemblées pour diffuser une plaquette d’information sur ce thème à 17 300 agriculteurs en septembre 2009. Ce premier projet d’envergure régionale a permis de lancer Veille au Grain-Bourgogne et de faire connaître l’association dans le monde agricole. Beaucoup d’autres actions ont suivi : des réunions et conférences-débats pour informer et sensibiliser un large public sur les OGM, les pesticides et les alternatives, notamment l’agriculture biologique. Actuellement, nous orientons notre communication vers les maires afin de constituer un réseau de communes qui ont pour objectif de réduire l’utilisation des pesticides pour l’entretien de la commune et qui souhaiteraient voir les agriculteurs en faire autant pour protéger la ressource en eau. »

Enquête sur les substances chimiques présentes dans notre alimentation

Récemment, Veille au Grain-Bourgogne a organisé une série de conférences de François Veillerette pour présenter les résultats de l’étude menée par Générations Futures : « Menus toxiques : une enquête sur les substances chimiques présentes dans notre alimentation ».

Entre juillet et septembre 2010, Générations Futures a acheté dans divers supermarchés de l’Oise et à Paris des aliments non biologiques composant les repas types d’une journée d’un enfant d’une dizaine d’années.

Diverses substances chimiques ont été recherchées dans ces aliments par plusieurs laboratoires accrédités, spécialisés dans des analyses alimentaires. Sur les étiquettes ont été repérés les additifs entrant dans la composition des produits transformés. Les auteurs de l’étude se sont aussi penchés sur les substances chimiques qui pouvaient se transférer dans la nourriture, notamment lorsque l’on fait chauffer son plat en plastique au micro-onde ou bien son eau dans une bouilloire en plastique.

Les analyses montrent qu’en 24h, un enfant est susceptible d’être exposé, uniquement par son alimentation, à des dizaines de molécules chimiques soupçonnées d’être cancérigènes ou des perturbateurs endocriniens par des instances sanitaires européennes ou américaines : 128 résidus chimiques dans la journée, qui représentent 81 substances chimiques différentes.

L’étude dans son intégralité : www.mdrgf.org/menustoxiques

Près de 1 % seulement de la production agricole mondiale est d’origine biologique

Les solutions pour changer cet état de fait ? Le développement de l’agriculture biologique est une alternative que soutient Veille au Grain-Bourgogne. André Lefebvre nous informe qu’en 2010, près de 1 % seulement de la production agricole mondiale est d’origine biologique. Dans le département de la Côte-d’Or, les vignes biologiques représentent 11,5 % des surfaces du vignoble, ce qui constitue un effet de seuil important car au-delà de 10 % des surfaces, les agriculteurs biologiques ne sont plus marginalisés et la diffusion de leurs pratiques se fait plus aisément, dans une dynamique de collaboration. Cette situation du vignoble Côte d’Or est d’autant plus remarquable que la vigne pratiquée de façon conventionnelle est très avide de pesticides (20 % des pesticides consommés en France le sont sur la vigne et l’arboriculture, qui ne représentent que 3% de la surface agricole française).

Des jeunes désireux de s’engager dans l’agriculture et de faire évoluer les pratiques peuvent-ils s’installer en Bourgogne ? « La pression sur le foncier est énorme, répond André Lefebvre, car la plupart des propriétaires veulent que leurs terres restent constructibles, ce qui permet de les revendre 10 à 15 fois plus cher que des terres agricoles. L’association Terre de Liens fait par exemple un travail remarquable en acquérant des terres qu’elle loue à des agriculteurs porteurs de projets solidaires respectueux de l’environnement. »

Pour plus d’informations sur Veille au Grain-Bourgogne : veilleaugrain.org

 Denis Guichard - Un nouveau regard sur le vivant - Tous droits réservés  - Webmaster : GSC