nom_site_spip
Accueil > Les Colloques > Potentiel infini

Colloque physique quantique et conscience, le 11 mai 32013

Potentiel infini

Par Lothar Schäfer

Dans son intervention au Colloque "Physique quantique et conscience", Lothar Schäfer a présenté ses convictions exposées dans son livre "Potentiel infini : ce que la physique quantique nous apprend sur la façon dont nous devrions vivre". L’essentiel : la base du monde matériel est non matérielle...

Professeur de physique et chimie à l’université d’Arkansas jusqu’en 2011, Lothar Schäfer est déjà l’auteur d’un livre : A la recherche de la réalité divine.

"Ce que la physique quantique nous dit à propos du monde est tellement différent de tout ce que vous avez entendu que vous feriez aussi bien de télécharger tout ce que vous avez dans votre esprit, le mettre dans une boîte et jeter la boîte…" posa-t-il il au début de son intervention au colloque...

"La découverte choquante au XXe siècle est que la science ne peut pas décrire ce qu’est le monde, poursuivit-il. Parce qu’il y a une partie du monde que nous ne pouvons pas voir. La science ne peut pas la mesurer, ni faire des expériences avec elle. D’une certaine façon, la base même de la science lui a été retirée… Le monde visible est un système de tromperie comme les publicités des grandes entreprises ou comme les déclarations de nos gouvernements. Le monde visible nous instruit, mais nous trompe aussi.

Prenons l’exemple d’Isaac Newton, qui a déclaré : « Au commencement, Dieu a formé la matière et une masse solide, des particules impénétrables ; elles sont tellement dures qu’elles ne pourront jamais s’user ou se briser en morceaux. » Il a également dit dans son Principia Mathematica : « Je n’ai pas besoin d’hypothèse ». C’est un mystère ! Comment quelqu’un peut-il dire comment Dieu a créé le monde, comment les lois de la nature peuvent être les mêmes partout dans l’univers, sans avoir besoin d’hypothèse ?

Des intelligences inspirées peuvent bien souvent être aveuglées par leurs propres découvertes. La physique newtonienne est matérialiste : tout peut être expliqué par des déplacements de particules éternelles de matière.(...)

Le monde des formes

Voici un résumé de la nouvelle vision offerte par la physique quantique : la base du monde visible est non matérielle ; une partie du monde est invisible et pourtant réelle. Elle n’est pas faite de choses mais de formes. Ces formes sont réelles car elles peuvent agir sur nous ; elles ont la potentialité de s’exprimer dans le monde empirique. Elles forment un univers de potentialités. Le monde visible est une émanation du royaume des potentialités. Les formes sont des "patrons" d’information, elles sont un peu comme des pensées.(...)

Métamorphose de notre esprit

La découverte des phénomènes quantiques indique un changement d’esprit, comme une mutation, une métamorphose de notre esprit. Un saut vers un nouvel état d’esprit que j’appelle spirituel. L’esprit spirituel est celui qui peut chercher la vérité dans la partie invisible du monde. Il n’affirme plus que l’invisible n’est pas important.

Cela a des conséquences comme, par exemple, que l’évolution ne se fait plus à partir de rien. Pour moi, l’évolution n’est pas un processus d’adaptation des formes de vie à l’environnement mais est un processus d’adaptation de notre esprit vers des formes de plus en plus complexes du domaine cosmique. Nous savons que les formes apparaissent sans cesse dans nos esprits, les psychologues le savent, nous le sentons aussi. Et notre esprit peut évoluer pour comprendre des formes de plus en plus complexes, comme si les formes dans le domaine des potentialités étaient sous pression pour s’actualiser.(...)

Finalement, si vous voulez faire preuve de créativité, il vous faut quitter le monde empirique, vous ne pouvez pas rester dans ce monde-là. Si vous voulez trouver quelque chose de nouveau, vous devez aller dans le transcendant."

Téléchargez la conférence de Lothar Schäfer

Le site Internet de Lothar Schäfer (en anglais)

Pour une approche quantique de la conscience :introduction du colloque de mai 2013 par Jean Staune et Anne de Constantin

 Denis Guichard - Un nouveau regard sur le vivant - Tous droits réservés  - Webmaster : GSC